In all time, Exoduses always existed
Forum RPG déconseillé au moins de 16 ans, dut au fait qu'il contient des scènes qui pourraient choquer ou heurter la sensibilité des plus jeunes {violence-gore & sexuel}. Nous demandons un minimum de 15 lignes (narration) par message RP. Privilégiez les personnages du jeu vidéo, il en reste encore énormément de libres et sans eux la trame avancera plus lentement. N'hésitez pas à venir contacter le Staff (MP Forum et|ou Serveur Discord), on se fera un plaisir de répondre à vos questions, il existe aussi une F.A.Q à consulter à tout moment pour y poser également d'autres questions qui vous passeraient par la tête.
Chronologie de Resident EvilRèglement GénéralBottin des AvatarsOrganigrammeBestiaire des A.B.OsVirus DisponiblesNous lier?
Contexte
Récemment, les événements d'Harvardville en ont marqué plus d'un, l'aréoport était maintenant condamné pour nettoyage en profondeur du terrain. L'élimination de cette menace d'épidémie nouvelle était rassurante, mais à voir le temps que ça prenait, on se demande bien quelles sont les bonnes mesures de sécurité. Et puis, avec l'incrimination de WilPharma dans cette histoire, que penser d'eux? Les gens vaccinés sur place le sont-ils réellement?
Lire en entier?
Evénements
Aucun pour l'instant.
Resident Evil Exodus
everything is falling apart

Partagez | 
 

 Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon

Aller en bas 
AuteurMessage
Helen Reddington

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2018

[INFO BOX]
langue(s): Anglais, Anglais [US], Français
inventaire:
spécialisation: Meurtre, Camouflage, Chasse et Vol

MessageSujet: Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon   Ven 18 Mai - 2:51


Long time no see...
La justice a-t-elle triomphée ?

Qu’est-ce qu’elle faisait là ? Pourquoi était-elle venue ici ? Ça faisait bientôt dix minutes qu’elle tournait en rond devant cette porte à marmonner pour elle-même des propos de pour et contre du pourquoi elle était là… N’arrivant pas à se mettre d’accord avec elle-même, elle passait pour une folle auprès des habitants de l’immeuble où elle se trouvait… Elle était une étrangère, c’est sûr que le voisinage la voyait d’un mauvais œil. L’infectée se passa la main sur le visage dans un profond soupir. Pourquoi n’arrivait elle pas à frapper à la porte de ce studio ? De la peur peut-être… Ou ne savait elle pas si elle tomberait sur la bonne personne… Et puis s’il n’était pas tout seul, elle allait le déranger… Elle se compliquer trop la vie, mais elle était ainsi. Combien de temps s’était-il passé depuis leur première rencontre ? Beaucoup trop, de l’eau avait coulé sous les ponts, mais elle ne l’oubliait pas cet agent du gouvernement. Il avait été un des nombreux déclics qu’Helen avait eu dans sa vie après son évasion, il lui avait fait la morale sur le bien et le mal… Il avait cherché à lui faire comprendre que le monde n’était pas aussi mauvais, et que son comportement n’aiderait pas à s’en sortir. Elle avait écouté sans broncher, elle avait cherché à comprendre, à accepter le fait qu’il pouvait avoir raison…

Et pourtant… Beaucoup de chose s’était passé, bonnes comme mauvaises… Maintenant elle se trouvait devant la porte de cet homme, Leon Scott Kennedy et elle n’osait pas sonner ni toquer. Elle arpentait devant sa porte de long en large et en travers. Et si lui, l’avait oublié ? Elle aurait l’air de quoi ? Non une rencontre avec Helen généralement ses victimes sans souvenaient. L’infectée s’arrêta, puis dans un grognement elle s’éloigna dans le couloir, ne saluant pas les gens qu’elle croisa elle quitta le bâtiment. Elle ne pouvait pas venir les mains vides quand même. Elle savait où elle devait se rendre pour acheter de manger et boire. Manhattan n’avait pas beaucoup changé depuis la dernière fois où elle était venue et sa rencontre avec Leon. Des commerces avaient fermés mais d’autres avaient pris le relais, l’ambiance était resté la même qu’autrefois… Et son restaurant où ils avaient mangé ce soir-là était toujours là, les odeurs qui s’en dégageaient lui rappelaient leur conversation qui avait durée des heures… Helen ne voulait pas comprendre et avait essayé de démonter les propos de l’agent sans succès. Rentrant dans le restaurant, elle regarda les menus affichés s’était presque les mêmes. Elle commanda deux menus hamburgers avec frites et plusieurs dessert, elle ne pouvait rien contre le sucré fait maison. Payant la note, elle alla à la supérette acheter une bouteille d’alcool, qu’est-ce qu’il y avait de mal à boire un verre avec quelqu’un qu’on appréciait ? Elle ne l’avait jamais oublié, elle avait même put suivre ses exploits en regardant la télévision, elle était contente de voir qu’il allait bien…

Elle devait aussi remercier Gabriel, Helen lui avait perlé de Leon et du fait qu’elle aimerait bien le revoir, il avait fait en sorte de lui trouver l’adresse personnelle de l’agent du gouvernement… Au moins ça lui éviterait de fouiller toute la ville et de le louper. Elle était partie en repérage une fois une fois en possession de l’adresse, elle avait attendu de voir quand il rentrait chez lui et s’était aujourd’hui en cette belle soirée. Et elle n’avait pas encore reprit contact avec lui… Maintenant qu’elle avait tout ce qu’il fallait, elle n’avait plus d’excuse pour ne pas le faire. Elle repartie donc en direction du bâtiment qu’elle avait quitté plus tôt. Profitant une nouvelle fois qu’un voisin entrait pour le suivre. Le petit chien qui accompagnait l’homme grogna et aboya sur Helen qui préféra ignorer le chien de poche. Elle monta par les escaliers ça lui éviterait de subir ce foutu clébard dans l’ascenseur. Une fois au bon étage elle traversa le couloir en direction de la porte voulu. Elle s’arrêta devant, soupira un bon coup et sonna deux fois. Elle ne savait pas comment elle allait se présenter s’il ne la reconnaissait pas… Elle pouvait toujours l’aider à ce souvenir au pire…

"Leon... Je sais que ça fait longtemps… Mais c’est moi Helen la lézarde, j’ai ramené à manger et à boire, je n’ai agressé personne ni volé d’ailleurs pour payer tout ça… Je passais dans le coin du coup je me suis dit que j’allais venir te passer le bonsoir…" Balança-t-elle d’un coup.
by black arrow


—Justice can become evil. Reality can become an illusion. Meaning can be found in something that appears meaningless. ;; @astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leon S. Kennedy
"1998. I'll never forget it... "

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 07/05/2018

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon   Ven 18 Mai - 16:22

  • Will humans ever change?
    Helen REDDINGTON
Comment dire... Que s'était une journée tout à fait... normal, pour un jour de congé bien mérité. De toute façon, il ne se considérait jamais vraiment en congé, parce que les bioterroristes... ils attendent pas que tu rentres de vacances pour s'exécuter. Alors forcément, il attendait, patiemment, qu'on l'appelle. Mais rien à faire, personne. Et ce n'était pas faute d'avoir regarder à son portable plusieurs fois d'affiler pour être sur de n'avoir rien loupé. Un soupire s'échappera de ces lèvres, alors qu'il daignait enfin de sortir de son lit/canapé. Oui parce qu'en vivant dans un studio, on avait pas de chambre avec son lit déjà tout prêt à nous recevoir quand on rentre à la maison, alors forcément, il se devait de le défaire et de le refaire le matin... Mais la, il avait pas envie, à peine réveiller à cet heure tardive pourtant. Comme quoi il avait encore dut passé la nuit dans un bar, à boire quelques verres. Et il avait dut rentrée au petit matin. Un soupire s'échappera de ces lèvres, alors qu'il regardera vers la fenêtre du coin de l'oeil, avant de passer une main sur son visage pour finir par tranquillement se lever de son lit et de se diriger vers la petite salle de bain, qui faisait uniquement office de douche.

Un bain se serait cool... mais pour quelqu'un qui était rarement à la maison, ce n'était pas la peine de voir trop grand n'est-ce pas ? Le jeune homme a la chevelure châtain finira par tranquillement passer un peu d'eau sur son visage histoire de se donner un petit coup de réveille, alors qu'il se massa le crâne, serrant les dents pour le coup. Il aurait peut-être du boire un verre ou deux en moins la veille. Tch. Leon finira par tranquillement prendre une douche, avant de sortir et de se sécher pour finir par enfiler un jogging. Autant dire qu'il avait pas besoin de s'habiller particulièrement quand on attendait personne, hein ? L'Agent finira par se rendre vers la petite cuisine pour se faire couler un café, et le temps que le liquide chaud finisse dans la cafetière, le voilà qui se mettait enfin à ranger un peu tout son bordel, repliant le lit, malgré qu'il était tard, il aurait qu'à dormir sur le canapé au lieu de le défaire, qui sait ? Le jeune Kennedy allumera la télé, zappant sur plusieurs chaîne, comme s'il cherchait à voir si quelque chose s'était passé ces dernières heures. Rien. Pour l'instant, rien. De toute façon, ces supérieurs, voir même Hunnigan aurait vite fait de l'appeler s'il y avait un problème.

Perdu dans ces pensées, le châtain finira par entendre frapper à la porte, particulièrement perplexe et se demandant de qui il s'agissait, il attendait personne pourtant, il finira quand même par aller ouvrir, clignant des yeux en posant le regard sur Helen, qui déballait ce qu'elle avait à dire avant même qu'il puisse dire quoi que se soit. Elle était tendue ou quoi ? Leon l'observera quelques secondes, avant de passer une main sur sa nuque et de finir par soupirer. Elle qui croyait qu'il l'avait oublier. Les femmes...

« Comme si j'étais le genre à oublier les visages ? Hmn? »

Kennedy ne put s'empêcher d'afficher un mince sourire amusé, avant de s'écarter de la porte tranquillement pour l'inviter à rentrer, avant de tout simplement refermer derrière elle, et de se servir un petit café histoire de ce donner un coup de fouet. Il regardera vers la jeune femme, du coin de l'oeil, avant de plisser le regard. Il ne s'attendait pas du tout à ce qu'elle finisse un jour par se retrouver devant sa porte, d'ailleurs, il avait même finit par se demander ce qu'elle se demander et si elle allait bien. L'Agent sourit doucement.

« Assied toi, Helen. Fait comme chez toi. Qu'est-ce qui t’amène dis donc ? Après autant de temps, je me serais jamais attendu à ce que tu viennes jusqu'ici. »

D'ailleurs... Comment cette petite lézarde fouine avait-elle finit par avoir son adresse hein ? Peut importe, le principal c'est qu'elle avait l'air d'aller bien, même s'il était rare qu'on lui rende visite juste pour le bon plaisir. Parfois, on venait pour lui demander quelque chose, ou juste parce qu'on avait besoin d'une oreille à qui parler.




« 1998, I'll never Forget It. »
« How would i know!? »

everytime i try to flee from all the world misery and all this biological stuff, i can't. because i'm made to stop them. on my first day, i was in Raccoon City...
Leon parle en slateblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helen Reddington

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2018

[INFO BOX]
langue(s): Anglais, Anglais [US], Français
inventaire:
spécialisation: Meurtre, Camouflage, Chasse et Vol

MessageSujet: Re: Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon   Dim 20 Mai - 16:42


Long time no see...
La justice a-t-elle triomphée ?

La porte s’était ouverte, heureusement elle ne s’était pas trompée il était bien là. Après il pouvait ne pas répondre vu l’heure quelqu’un qui se ramène à cette heure c’était bien de se méfier quand même. Après avoir balancé ce qu’elle avait à dire elle observa l’agent du gouvernement. Il n’avait pas changé depuis ses années sans le voir, il était en jogging. Un sourire étira ses lèvres, il devait être en congé aujourd’hui et du coup elle venait le déranger. Il lui répondit et sa réponse arracha un léger ricanement à la demoiselle, pour lui s’était une évidence mais pour d’autres ce n’était pas pareil. Helen se souvenait aussi très bien de tous les visages qu’elle avait pu croiser, elle avait beau vouloir en oublier certains ça restait ancré dans sa tête. Elle se détendit complètement, rassurée de voir que ça irait bien pour le reste de la journée.

"Tu vois tellement de choses et de monde qu’avec les années sans ce voir… Tu aurais pu oublier qui sait. Mais je suis contente de voir que tu as une bonne mémoire." Lui répondit l’infectée joyeusement.

En voyant l’invitation à entrer, elle ne se gêna pas pour le faire, s’arrêtant à quelques pas de la porte pour observer ce petit studio. Il n’y avait pas grand-chose, que le strict minimum, mais ça restait agréable quand même. Elle se sentait à l’aise, elle avait bien fait de pas ramener un cadeau matériel, il aurait pris la poussière avec le reste. Elle se demandait à quoi aurait pu ressembler son studio si elle n’avait pas été prise dans la tourmente. Surement avec pleins de bouquin partout, une télé et d’autres choses. Leon avait au moins une télé, c’était une bonne chose. La voix de l’agent la sortie de ses pensées, elle tourna la tête vers lui en souriant et posa les sacs dans la petite cuisine. Déballant un peu tout, posant la bouteille d’alcool, la nourriture et les sodas, tout avait survécus au voyage, pas de catastrophe. Après tout il avait dit fait comme chez toi, il ne faut pas lui dire deux fois.

"J’ai ramené à manger et à boire comme tu peux le voir. J’ai été là où on avait mangé à notre rencontre. J’espère que tu as faim. En tout cas le jogging ça te vas bien, tu as réussis à avoir un jour de repos… tranquille, j’en suis ravie." Dit-elle.

Elle fouinait dans le placard pour sortir deux assiettes, ça éviterait de se salir et d’en mettre partout. Deux verres et elle prépara tout. Elle avait tellement de chose à lui dire qu’elle ne savait pas par quoi commencer dans le fond. Elle fit plusieurs trajets en silence songeuse, une fois le ravitaillement apporté elle retira ses chaussures et s’installa sur le canapé en tailleurs, son assiette en face d’elle. Regardant l’homme, elle soupira un coup avant de prendre deux frites et de les manger. Puis elle prit enfin la parole.

"Je suis revenue vivre à New York pour une durée indéterminée… J’espérais pouvoir retrouver et prendre contact avec les personnes que j’avais rencontré lors de ma précédente visite d’il y a quelques années… Je dois être un peu nostalgique je crois. Et puis bon notre rencontre n’était pas anodine… Du coup je voulais te revoir pour voir comme ça allait et parler avec toi. Tu m’avais fait la morale si on peut dire ça comme ça sur certaines choses…" Se stoppant dans ses paroles d’un coup.

Elle croqua une bonne bouchée de son burger, les yeux dans le vague. Le bien et le mal… La justice… D’autres moyens que la violence pour survivre… Des brides de conversations lui revenaient en tête. Et des évènements qui s’étaient passés après aussi. Elle eut comme une boule dans la gorge et déposa son burger se frottant les mains elle but une gorgée de son soda. Elle allait au moins pouvoir lui parler de sa bienfaitrice et de sa babysitter qu’étais Gabriel.

"J’ai écouté tes conseils… Je suis repartie en France retrouver ma bienfaitrice et un agent de la DGSE. J’ai essayé de changer et de vivre normalement ça a assez bien fonctionné je dois dire… Mais c’est ennuyant. Je suis arrivée à un moment à vouloir braquer une banque, mais bon je me suis retenu quand même. J’ai arrêté d’agresser les gens sans raison. T’es un peu comme mon psychologue donc je viens faire le point voir si mon état peut toujours être sauvé.C'est normal que je n'arrive pas à garder un boulot très longtemps ?" Rigola-t-elle.

Un rire qui cachait bien des choses oui, elle ne pouvait pas lui dire qu’elle voulait tuer des gens pour calmer sa frustration qui grondait, sa colère qui la rongeait depuis l’attentat du café en France. Avec Gabriel ils cherchaient des personnes en particulier et quand ils sauraient où ils se trouvent, elle oublierait tous les conseils et les leçons de moral… Elle ne serait plus que l’infectée qui laisse libre cours à ses pulsion et qui tuerait le sourire aux lèvres. Elle n’osait pas parler de cette vengeance qui était en préparation, il serait capable de vouloir lui faire changer d’avis peut être non ?

"Et toi alors monsieur super l’agent ? Qu’as-tu fais durant toutes ses années ?" Demada la jeune femme pour détourner un peu la conversation.
by black arrow


—Justice can become evil. Reality can become an illusion. Meaning can be found in something that appears meaningless. ;; @astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leon S. Kennedy
"1998. I'll never forget it... "

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 07/05/2018

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon   Lun 21 Mai - 10:41

  • Will humans ever change?
    Helen REDDINGTON
Cela faisait effectivement un moment qu'il n'avait pas put voir Helen, et elle semblait aller bien, tout du moins physiquement, après tout, on peut toujours avoir l'air en forme que le mentale ne suivait pas. Il savait que trop bien que certaine personne cherchait juste à mettre un masque pour ne pas inquiéter les autres ou ne pas attirer l'attention sur eux. Kennedy observera donc la jeune femme avec ces sac de nourriture et sa bouteille d'alcool, esquissant un sourire en coin, au moins sa lui éviterait de cuisiner ou de commander quelque chose. Et puis, s'était plus agréable de manger avec quelqu'un que tout seul n'est-ce pas ? S'était sans doute pour ça qu'il mangeait tout le temps en dehors de chez lui. Il avait beau aimé son petit chez lui, il était rarement « à la maison », et forcément, il était rare de le voir remplir complètement le frigo. Après tout, on ne savait jamais vraiment combien de temps il pouvait partir en mission. Et heureusement, ces derniers temps cela restait relativement calme, il fallait bien avoué, même s'il se doutait que cela voulait dire que quelque chose pourrait arriver de grave dans le monde à n'importe quel moment.

Le jeune homme a la chevelure châtain penchera légèrement la tête sur le côté, plutôt interrogatif face à ces paroles. Effectivement, il se rappelait très bien de leur conversation, autant dans cette fameuse rue, comme dans ce restaurant, il sourit un peu en se souvenant, alors qu'il entama son repas, mangeant tranquillement en écoutant ce qu'elle avait à dire. Il ne put s'empêcher de rire face à cet idée de braquage de banque, s'était pas son genre tiens, de vouloir faire ça. Il passera une main dans sa chevelure châtain, avant de lui sourire. Rha cette fille.

« Tout le monde peut être sauvé, dès qu'on se donne la peine de le vouloir. Je suis content que tu es retrouvé des gens avec qui tu te sens bien. Tu vois bien que ce n'est pas horrible que de vivre normalement, hmn ? Concernant le boulot... Je peux rien y faire, c'est un travail sur toi, sur ton comportement, ton caractère. Parfois on fait pas toujours ce qu'on veut, tu sais bien. »

Leon le savait que trop bien, pour avoir dut finir au Gouvernement, part la force. A l'époque, on l'avait limite menacer de mort pour qu'il entre dans les rangs de ces agents spéciales, forcément, il avait donc pas eut le choix, mais quand on y regardait de plus prêt, avec le temps, cela ne l'empêchait pas de vouloir sauver le plus de monde possible et de combattre le bioterrorisme. Depuis Raccoon City, il faut dire que s'était une époque assez traumatisant, et sa changeait les gens. Autant un jeune comme Leon, que de simple survivants, des civils, des gens qui avaient rien fait pour mériter de vivre un moment comme celui-là. Et il en voulait encore plus à ces enfoirés, que de voir des personnes comme Helen ou Jamie, infectées, à devoir vivre avec le virus, en ayant parfois ces regards sur eux. Tout du moins pour Jamie. Il la voyait à la télé, parce qu'elle devait parler de leur bienfaiteur : Le Gouvernement. S'ils savaient tous ce qu'ils faisaient en réalité... Se serait différent, n'est-ce pas ?

Malgré ce sourire et ce petit rare qu'arborait Helen, Kennedy état pas complètement idiot pour autant, malgré le peut de temps à avoir passé ensemble, en une soirée, il avait finit par en apprendre plus sur elle et forcément, il finissait par savoir comment elle agissait un peu. Il sourit doucement, mangeant son burger, qui était délicieux, il fallait bien l'avoué, avant de faire mine de réfléchir face à cet fameuse interrogation. Qu'a-t-il fais durant ces quelques années, hein ?

« ... Comment te dire... Le boulot, encore le boulot. Malgré quelques jours de congés, j'ai eux quelques enquêtes à mener. Dont le fait de collaborer avec certains pays pour certains profil. Rien de bien joyeux en somme. Je serais a la retraite depuis longtemps si toute ces choses ne se passaient pas. »

L'Agent rit légèrement, avant de passer une main sur sa nuque, alors qu'il se servit un verre de cette fameuse bouteille que la jeune femme avait apporter, il avait beau s'être mis une belle douille la veille, cela ne l'empêcherait pas de boire un petit verre n'est-ce pas ?

« Et si tu me disais plutôt ce que tu peux bien faire aux USA après une petite vie tranquille en Europe, hmn ? Je doute qu'on croise des agents de la DGSE un peu partout dans le monde aussi facilement, hein ? Helen... Qu'est-ce qu'il se passe dit moi ? »




« 1998, I'll never Forget It. »
« How would i know!? »

everytime i try to flee from all the world misery and all this biological stuff, i can't. because i'm made to stop them. on my first day, i was in Raccoon City...
Leon parle en slateblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Helen Reddington

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 10/05/2018

[INFO BOX]
langue(s): Anglais, Anglais [US], Français
inventaire:
spécialisation: Meurtre, Camouflage, Chasse et Vol

MessageSujet: Re: Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon   Lun 4 Juin - 3:24


Long time no see...
La justice a-t-elle triomphée ?

Une seule rencontre et à les voir on pouvait croire de vieux amis qui mangeaient et buvait comme si de rien était. Quand on connaissait Helen, elle n’était pas du genre à s’attacher aux autres… Et pourtant elle avait eu un coup de cœur pour l’agent du gouvernement, il faisait partit des rares personnes que l’infectée supportait et appréciait vraiment. Ces personnes-là se comptaient sur les doigts d’une seule main c’est dire… Elle arrivait à se confier plus facilement qu’avec n’importe qui. Ça faisait des années qu’elle ne l’avait pas vu, mais au vu de son comportement c’est comme si s’était hier. Elle était bien contente de le trouver chez lui. Observant le jeune homme quand elle lui avait adressé la parole, elle ne s’était pas gênée pour mater son torse finement sculpté. C’était bien le genre de mec sexy et gentille toujours prêt à aider autrui, un mec en or, ça ne courrait pas les rues. Enfin elle n’était pas là pour ça, c’était une autre affaire qui l’avait conduite ici, elle n’allait pas se laisser distraire aussi facilement quand même. Même si elle ne savait pas comment emmener le sujet sur la table, surement qu’elle avait peur de la réaction de Leon…

Vivre normalement, retrouver des gens avec qui elle se sent bien… C’était un doux rêve… Ou elle devait éviter de rester avec des personnes qu’elle appréciait trop longtemps. Elle savait qu’après sa discussion avec Leon elle disparaitrait de nouveau pour ne pas le mettre en danger. Enfin avec un peu de la chance il la mettrait à la porte quand il apprendrait les projets de la lézarde. Elle avait déjà fait un travail énorme sur elle avant que tout ne parte en vrille et que tout ce travail ne s’efface petit à petit. Elle retomber dans les prémices de son infection… Elle soupira en mangeant quelques frites, regardant le châtain avec une moue.

"Si je n’avais pas ce foutu virus en moi je pourrais le dire vivre normalement, je ne serais jamais plus normal, je suis qu’un monstre qui sème le chaos sans avoir besoin de lever le petit doigt…" Rigola-t-elle. "Je dois m’estimer heureusement que des personnes comme toi qui veuille toujours bien me voir et discuter avec moi… Même si ça pourrait te mettre en danger. Enchaina la jeune femme. Je crois que j’arriverais jamais à trouver un boulot normal… Les patrons j’ai toujours envie de les éclater et les autres collègues c’est encore pire… Ah moins que je trouve un travail solitaire sans contrainte et où je sais que le patron sera pas tout le temps sur mon dos…" Finit-elle…

Elle se demandait si un boulot comme celui de Leon pourrait lui plaire, bon ça manquait de congés mais ce n’était qu’un détail… Sauf que bon avec ce qu’il venait de dire, il y avait toujours des collaborations avec d’autres pays donc d’autres agents… Il avait toujours des comptes à rendre. Ricanant amusée, elle prit une nouvelle bouchée de son burger avant de boire une gorgée de son soda. Penchant la tête sur le côté le fixant avec insistance.

"C’est sûr que tu es trop jeune pour la retraite… On finirait par retrouver ton cadavre couvert de poussière incrusté dans ton canapé ! Mais dis-moi tu n’as jamais pensé à la vie de famille ? C’est normal ça non ? Un papa Leon… Même si avec ton boulot ça ne serait pas facile… Mais ça t’irais tellement bien en papa-gâteau." Taquina-t-elle.

Elle ne voulait pas arriver à ce moment, ou elle serait obligée de balancer la vérité… Mais elle ne pourrait pas y échapper. Après tout elle s’était foutu dans la merde toute seule en venant ici, elle devait assumer son acte. Leon lui posa les bonnes questions. Elle baissa la tête, son appétit sembla s’envoler en un instant. Se frottant les mains elle se servit un verre d’alcool surement pour se donner du courage ou pour se bourrer la gueule et parler sans complexe… Sauf qu’elle tenait bien l’alcool il lui faudrait une bonne partie de la bouteille ou plus pour commencer à ressentir les effets de la boisson… Posant son verre qu’elle avait vidée cul sec, elle regarda ses mains… Bientôt oui… Le sang souillerait de nouveau sa peau et elle n’aurait aucun regret…

"Quand je me suis enfuie avec Kahina du laboratoire ou j’étais enfermée, elle m’a présenté Gabriel c’est lui l’agent de la DGSE, oui une mercenaire et un agent de la DGSE amis. Ils m’ont aidé à me fournir en sérum et à me cacher pour que je puisse vivre enfin essayer de retrouver une vie normale en France…"

Lors de leur première rencontre elle était restée assez vague, vu que de toute manière même pour elle, c’était une situation incompréhensible… A l’époque elle ne savait pas si Kahina reviendrait vraiment et si Gabriel allait les aider aussi… Et pourtant se fut le cas pour tous les deux. Ils l’avaient acceptés et n’avaient pas cherchés à l’enfermer dans un laboratoire ou en prison pour arme biologique. Elle se resservit un verre qu’elle vida d’une traite. Gardant le verre vide en main, ses doigts jouaient dessus nerveusement. Elle baissa la tête, brisant le lien visuel avec Leon.

"Je menais une vie va-t-on dire tranquille jusqu’à il y a quelque mois… J’étais en compagnie de Kahina et Gabriel devait nous rejoindre… Il y a eu un attentat à la terrasse où nous étions installés…" Elle marqua une pause, elle revoyait encore l’explosion, le souffle qui envoya voler des morceaux de verres, les innocents, le mobilier… Les odeurs de brûlés, les cris et les pleurs… Et la couleur si belle d’habitude du sang… Elle inspira avant de reprendre. "Kahina… Est morte… Et j’ai été grièvement blessée aussi… Gabriel m’a récupéré et caché le temps que je me remette. J’étais la cible de cet attentat et elle est morte à cause de moi…" Souffla l’infectée.

Serrant le verre dans ses mains, elle ressentait de nouveau cette haine et cette envie de meurtre lui ronger le corps de part en part. Pandore, Veltro ses deux organisations avaient tenté plusieurs fois de mettre la main sur l’infectée, à défaut ils tentaient de la tuer mesure radical pour faire disparaitre les preuves et les soucis. Mais là le plus gros problème était bien Pandore et avec l’aide de Gabriel elle comptait bien le régler oui dans le sang et les tripes… Relevant la tête vers le jeune homme, son regard était vide de toute émotion seule une lueur de folie brillait, et un sourire carnassier montrait le fond de sa pensée.

"Je vais tous les tuer, les massacrer à petit feu…" Cracha-t-elle, alors que le verre qu’elle tenait dans ses main se brisa dans un craquement sinistre sous la poigne violente de l’infectée…

Elle baissa les yeux vers ses mains lâchant les morceaux de verre sur la table basse, un des morceaux étaient teinté de rouge, elle s’était entaillée dans le vouloir. Elle lécha la plaie, elle devait éviter d’en mettre partout au risque de contaminer Leon par accident. Elle grogna, au moins ça l’avait calmé et ramener dans la réalité pour le moment.

"Une section de la DGSE s’est installé à New York, Gabriel en fait partis, il m’aide à traquer les derniers membres de Pandore pour les anéantir… Tu vois Leon même avec tous les efforts du monde, il faut toujours en revenir au sang… Alors c’est ça quand les humains n’ont pas ce qu’ils veulent ils préfèrent le détruire sans se soucier des conséquences et des dommages collatéraux… Comment je peux vivre une vie normal hein dis-moi Leon…"

Elle éprouvait de la tristesse, ses émotions s’entrechoquaient, se mélangeaient… Elle ne savait plus quoi faire ni même penser. Le peu d’être cher qu’elle avait, elle les perdait ou les perdraient un jour. Comment pouvait-elle garder le sourire avec ça ?
by black arrow


—Justice can become evil. Reality can become an illusion. Meaning can be found in something that appears meaningless. ;; @astra
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leon S. Kennedy
"1998. I'll never forget it... "

avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 07/05/2018

[INFO BOX]
langue(s): Anglais [US]
inventaire:
spécialisation: Aucune

MessageSujet: Re: Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon   Mar 5 Juin - 11:23

  • Will humans ever change?
    Helen REDDINGTON
Leon ne disait rien, laissant la jeune femme finir ce qu'elle avait à dire, avant de baisser les yeux sur sa main qu'elle venait toute seul de blesser en brisant le verre. Kennedy n'aimait pas vraiment qu'elle se mette à vouloir se venger de cette façon. Autant il pouvait la comprendre, étant donner que ce qu'il faisait était une certaine vengeance envers Umbrella et ceux qui s'amusait avec les virus, aux risque de gâcher la vie de millier de personne. Et Helen était l'une d'entre elle. Bien qu'il n'avait jamais entendu parler de Pandore. Est-ce que se serait un organisme un peu pareil que Veltro ? Il faut dire qu'avec tout ce qu'il entendait, Leon avait pas mal de questions vis à vis de tout ça et pourtant, personnes n'avaient réellement de réponses.

« Helen... »

Murmurera-t-il avant de tout simplement se lever pour tranquillement se diriger vers une armoire et de prendre une trousse de soin. Il faut dire que parfois, en mission, il se blessait, forcément, et donc se soigner n'était pas inconnu pour Kennedy. Le jeune homme retournera auprès de la jeune femme pour tranquillement s'asseoir devant elle et de tendre la main en tirant du désinfectant et un morceau de coton stérile. Il savait qu'elle était infectée, mais pourtant, il avait pas l'air de craindre réellement quelque chose. Tant qu'il faisait attention sa irait n'est-ce pas ?

« Tu penses réellement que la vengeance t'aidera à aller mieux face à la perte de ton ami ? Helen... Je le sais bien que c'est douloureux, mais ne fait pas sa que par vengeance. »

Le jeune homme a la chevelure châtain se mettre à soigner sa main, tranquillement, bien qu'il se mettra à soupirer doucement. Il faut dire que pour ce genre de choses, il valait mieux toujours trouver ces mots et être assez convaincant. Parce que lui... Disons que l'amertume de Leon face à Umbrella, pouvait bien lui donner des envies de vengeance, mais il avait décider de voir plus loin. Il avait des désirs de justice, que ces enfoirés finissent par payer et de les mettre hors d'état de nuire. Seulement qu'avec le temps, Umbrella n'était plus, et d'autres personnes finissaient par user des virus et des armes bio-organiques pour leurs idéaux complètement idiot.

Alors forcément, Leon finissait par tout simplement vouloir éviter un nouveau Raccoon City, et tant qu'il était vivant, c'est ce qu'il ferait, n'est-ce pas ? Il avait en tout cas pas l'air de vouloir plus, et une vie de famille n'était pas pour lui, semblerait-il. Les coups d'un soir n'était pas inconnu pour l'Agent, après tout, il restait un homme avant tout, mais jamais il ne demandait plus que ça. Quel homme concentré sur son travail hein ?

« Je comprend ce que tu ressens. Je me bats contre les ABOs et ces virus depuis pas mal de temps maintenant. Et tu ne pourras pas que te concentrer sur... Pandore. Il y aura toujours d'autres types qui continueront leur boulot. Tu n'as pas plutôt envie de te dire que tu ferais ça pour tout le monde ? Pour éviter que d'autres souffrent ? »

Le châtain relèvera les yeux vers le visage de la jeune femme quand il finit de lui mettre un petit bandage à sa main, avant de sourire doucement, rangeant la trousse de soin un peu plus loin, avant de reporter son attention sur la demoiselle. Il était assit sur la table basse qui lui servait de table pour manger de temps en temps, avant de doucement ramasser les morceau de verre pour aller les mettre à la poubelle, les emballant préalablement dans un autre sac poubelle. Il irait détruire ça lui même pour éviter de risque de contamination.

« Parle moi un peu de ce « Pandore ». J'en ai pas entendu parler. Et tu sais bien que le Gouvernement finit au courant de tout n'est-ce pas? »




« 1998, I'll never Forget It. »
« How would i know!? »

everytime i try to flee from all the world misery and all this biological stuff, i can't. because i'm made to stop them. on my first day, i was in Raccoon City...
Leon parle en slateblue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les humains changeront-ils un jour ? pv Leon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Resident Evil Exodus :: Studio de Leon S. KENNEDY-
Sauter vers: