Contexte
Le monde n'était plus celui que l'on aurait pu reconnaître. Des paysages désolés, des constructions humaines à l'abandon et des usines délaissées, des quartiers vides et un manque de vie dans ces larges étendues où les voitures ne roulaient plus mais décoraient les routes dont le bitume était abîmé, fissuré par la nature reprenant ses droits.Au lieu de la population vivace d'autrefois, il n'en restait que l'ombre de cette dernière: les armes bio-organiques avaient gagné cette bataille et peuplaient la surface de la terre...
Lire en entier?
Missions Spéciales
• Aucun pour l'instant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
A la recherche de nourriture...
"Le quartier commerçant, c'est là que vous auriez pu retrouver des rues animées par les magasins tentant d'attirer de la populace pour vendre leurs marchandises ainsi que les tirs au stand d'essai du Berreta Gallery".

Des marchandises. Des stands de tire. Tout-cela, ce n'est en rien ce qui m'intéresse...

Depuis combien de temps est-ce que j'erre dans cette ville ? Je l'ignore, pour moi, le temps n'a pas autant d'impact que pour les humains, même si je suis aussi maline que l'une d'entre-eux. J'ai juste étudié le terrain, étudié le meilleur moyen de survivre dans ce monde, et je me suis adaptée, me fichant du reste, des choses que je considère comme futiles. Ce que les humains appellent l'apocalypse a eu lieu, si ça se trouve, il ne reste aucun membre de ces grands primates qui ont fait du monde ce qu'il est... aucun d'encore vivant, en tout-cas. Et moi, au-milieu de tout-ça, je n'ai connu que ce qu'ils ont créé, ce qu'ils ont même essayé de faire de moi.

La première fois que je suis venu ici, il y avait encore quelques vivants, même si les choses partaient déjà vers la catastrophe. On me prenait alors pour un chien errant, ou juste perdu, à-cause du harnais qu'on ne m'avait pas retiré, au laboratoire, et que j'avais du-coup toujours sur le dos. Gros berger allemand, à-part quelques enfants inconscients, tout-le-monde me laissait tranquille. Et j'avais rapidement compris que si je voulais trouver de la nourriture, c'était ici qu'il fallait venir. Aujourd'hui, la nourriture encore bonne, pas trop moisie, et surtout non-infectée, se fait rare, mais j'arrive encore à en trouver, soit par la chasse, soit par la fouille. La chasse n'a pas été bonne, ces derniers temps... les rats ont soit pris la fuite dans des fonds d'égouts trop sombres pour moi, soit sont porteurs des virus, et je n'ai pas envie de tester mon immunité. Alors je dois me rabattre sur fouiller les magasins qui ont été saccagés en espérant trouver un reste pas encore rongé par les vers.

Il n'est pas loin de onze heures, le soleil perce entre les immeubles. On pourrait penser qu'il serait plus prudent de se déplacer de nuit, mais pas pour moi : je suis une chienne, ma vision est limitée à quelques nuances de noir, de blanc et de gris. Ma déplacer de nuit en ayant du mal à voir serait mauvais. En outre, beaucoup des mutants les plus puissants et dangereux sont des chasseurs nocturnes, justement. Il y a un zombie par-ci, par-là... je les évite assez facilement en me glissant sous des échoppes ou en me cachant sous des voitures le temps qu'ils passent. Si ils ne bougent pas, un cailloux entre les dents, je le jette plus loin, c'est suffisant pour les faire partir.

J'entre dans une épicerie. C'est le meilleur endroit où je peux encore peut-être trouver quelque-chose de comestible. Tâchant de rester le plus silencieuse possible, je fouille dans les rayons renversés. Dès qu'un bruit se fait entendre, je m'immobilise et dresse les oreilles, essayant de repérer sa provenance et si il y a danger assez imminent pour que je me mettre à courir...
avatar
Messages : 34
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 1 Nov - 19:09
Revenir en haut Aller en bas

Quand tu vagabondes dans le monde.

Et voilà un bon moment que je suis seule, seule en mission, en compagnie, pour me balader et j'en passe. J'ai fini de donner ma confiance ou de montrer mes sentiments. Il faut dire, ce que j'ai vécu, je ne voulais pas que ça se reproduit de nouveau. Bref, en ce moment, je traînais dans les quartiers d'affaires pour aller vers les endroits où la nourriture se trouve. Non pas que j'en ai besoin, mais c'est surtout pour trouver des survivants et les emmenés à Rebirth pour le boulot et les changer en sujet test, en rat de labo.

Je marchais sans trop de bruit, pour ainsi éviter d'attirer l'attention des rampants et autres bestioles chiantes en quoi les zombies n'auraient pus se changer, comme un lickers par exemple. Bref, je farfouille malgré tout pour des choses pouvant servir, il faut dire, tout peut servir dans un monde pareil maintenant, même un marteau, mais je cherche surtout des outils pour mes bras, cherchant à les réparer moi même durant des missions par exemple. Hop, un tournevis et des câbles venant d'une radio cassé, cela peut toujours servir.

Je finis par courir un peu suite à des bruits de griffe, non pas d'ABO, mais un autre animal, enfin bon, ça peut être un cerbère, mais étant curieuse, je vais donc voir, on ne sait jamais. Et la curieuse ça peut toujours aider après tout.

Je continuais de marcher doucement vers où j'ai entendu les bruits, malheureusement, j'en fis un moi même, mais je finis par arriver devant un chien, un berger Allemand. Je remarque le harnais et ça me faisait penser à Umbrella, le projet qu'il avait fait. Je m'accroupis alors, malheureusement, mes bras en métal sont visibles, mais mon visage aussi.

“- Hé, je ne vais pas te faire de mal..”

Et c'était vrai, je ne comptais pas t'emmener, ni te tuer ni autre chose, juste voir un animal, me rendais, contente? Oui je pense que c'est ça.



Chaque vie prise, nous reste généralement sur la conscience.
©️ Joy
avatar
BALAUR
Messages : 75
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 3 Nov - 22:43
Revenir en haut Aller en bas
Ah, oui, ce stupide harnais... il m'a déjà desservie, par le passé. Il porte sur son devant le logo de la fameuse société responsable de tout ce bazars dans le monde, Umbrella Corporation, pour bien montrer que je faisais partie de la société, autrefois. Une simple petite médailles, mais dès qu'ils l'avaient repéré, certains survivants, quand les groupes étaient encore nombreux, avaient cru que j'étais une arme biologique... enfin, une arme biologique mortelle, tout-du-moins... ou encore un cerbère... comme si je ressemblais à l'un de ces mort-vivants répugnant... et m'avaient fuit. Bon, c'était toujours mieux que ceux qui avaient tenté de me tirer dessus, ou que ceux qui s'en fichaient, que je sois de Umbrella, et qui avaient juste tenté de me faire cuir à la broche. Mais malgré cela, je ne me suis jamais débarrassée du harnais. Déjà, il est solide, créé en maille qui ne vieillit pas, des trucs de l'armée, quoi. Et qui plus est, même si ça ne me sert pas, pour le moment, je me rends bien compte que ça pourrait s'avérer utile, dans le futur, pour moi ou pour d'autre.

Un bruit de pas ? Je m’immobilise et dresse les oreilles, essayant de repérer leur provenance. Ces bruits de pas semblent... normaux. Ils ne sont pas mous et trainant comme ceux des zombies, pas cliquetants comme ceux des armes munis de griffes, pas spongieux comme ceux de créatures rampantes, et pas lourds comme ceux des monstres plus imposants. Ils sont juste normaux. Serais-ce possible ? Un survivant ?

La personne qui se retrouve face à moi me met le doute. Elle est à-moitié... mécanique. Une arme biologique d'un genre que je n'ai jamais vu ? Méfiante, je me recule, mais elle montre un visage parfaitement humain, au-dessus de bras mécanique, et elle me parle normalement, preuve que ce n'est pas un monstre créé par le virus... un monstre qui a perdu son humanité, tout-de-moins.

Pas de mal, hein ? J'en ai peut-être l'air, mais je ne suis pas un animal idiot. Il lui a fallu une grande technologie pour en arriver là, une technologie digne de Umbrella. Et elle sent des odeurs que je connais... l'odeur de la guerre, mais aussi l'odeur des laboratoires. Je sens qu'elle peut être l'une des leurs. Pourtant, je ne fuis pas, pas tout-de-suite. Être une ancienne d'Umbrella ne signifie pas qu'elle ne peut pas avoir changé, dans ce que le monde est devenu, et je suis toujours prête à rejoindre un groupe. Essayant de ne pas montrer tout-de-suite que je suis "différente des autres chiens", je me permets de m'approcher doucement et de la renifler...
avatar
Messages : 34
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Nov - 16:06
Revenir en haut Aller en bas
Quand tu vagabonde dans le monde.That I will be a savior
Biding through the flames
When the walls come falling down
When the walls come falling down
I will be a savior
J’avais remarqué le logo umbrella sur le harnais, tu étais bien d’un projet et aussi une survivante. J’avais beau être encore de Rebirth donc d’Umbrella, ce n’est pas pour autant que je te ramènerai à eux ou bien, je ne sais pas quoi. Un animal survivant d’un projet, peut importer maintenant ce qu’il est, a le droit de vivre sa vie et de se faire adopter par des humains dans des communautés !

D’ailleurs, quand tu approchas pour renifler, je souris simplement et sûrement de manière idiote, il faut dire, voir un animal, me faisait un bien fou et je me laissais aller, montrant donc mes sentiments à la chienne devant moi, c’est sûrement une mauvaise idée, mais j’ai plus confiance en un animal que dans les humains maintenant !

“ - Cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas vu un chien..”

Je souris et doucement, après que tu as reniflé ma main comme tout animal ferait, je viens doucement te faire une caresse sur le cou, imaginant la douceur de tes poils sur mes mains, c’est la seule chose que je pouvais imaginer, et je n’allais pas prendre le risque de coller ma joue à ton cou, on sait jamais, on reste méfiant sur ça même sans le montrer comme moi.

“ - Je parie que tu cherches de la nourriture, c’est ça ? Je sais où en trouver.”

Sur le chemin, j’avais croisé une sandwicherie et j’y avais été piqué quelques trucs à manger avant de venir ici alors, je pouvais sûrement t’y conduire si tu le souhaitais. Je ne savais pas ce qu'Umbrella t’avait fait, alors je me comporte comme tout humains normaux.
©️ 2981 12289 0



Chaque vie prise, nous reste généralement sur la conscience.
©️ Joy
avatar
BALAUR
Messages : 75
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Nov - 18:56
Revenir en haut Aller en bas
Cette femme tend doucement sa main afin de me caresser. Au début, je baisse les oreilles en arrière, mais sans grogner, signe d'inquiètude, pas d'hostilité. Je suis tenté de faire un pas en arrière, mais elle ne semble sincèrement pas vouloir me faire de mal, juste faire ce geste affectueux que font les humains sur les animaux. Je reste sur place et la laisse vaire.

C'est froid ! Mais seulement le contact du métal de cette main robotisée sur la peau se trouvant sous ma fourrure. Pour le reste, le geste, le sourire... tout, chez cette femme, a quelque-chose de chaleureux, et même de rassurant, passée la première impression d'inquiètude. Est-ce que je dois encore me méfier ? Un peu, peut-être, car elle travaille encore chez Umbrella et je ne suis pas certaine de ses intention... j'ignore même, d'ailleurs, si ils portent encore le même nom, vu les événements qui ont changé le monde, mais je n'ai que de mauvais souvenir de ma vie là-bas et ce n'est clairement pas ce qui m'intéresse le plus. Cependant, elle n'a pas l'air du genre à vouloir me ramener à eux. Elle me propose même de m'offrir de la nourriture. Je me pose quand-même une petite réflexion : serais-ce un piège ? Tenterait-elle de gagner ma confiance pour m'attirer quelque-part où je n'aurais pas envie d'aller ? Possible, mais ça me semble quand-même un peu gros : pourquoi une mercenaire... vu son physique, je pense, tout-du-moins, que c'est une mercenaire... perdrait son temps à essayer de m'amadouer pour me capturer, alors qu'elle pourrait tout-simplement m'attraper, m’assommer, m'enfermer, ou même m'abattre ? Ce n'est pas le comportement qu'aurait un membre d'Umbrella en mission.

De toute-façon, à sa question, mon ventre se met à gargouiller. Oui, j'ai faim, je ne peux pas le nier, ni l'ignorer. Et je n'ai rien trouvé dans cette épicerie, surement vidée dès que l'invasion de morts-vivants a commencée il y a des années. Alors je décide de faire quelque-chose de typiquement humain : je fais un signe du museau de haut en bas, un signe de la tête qui veut dire "oui". Je suppose qu'elle sait déjà ce que Umbrella m'a fait... et si elle l'ignorait, elle l'a peut-être deviné, maintenant. Inutile de trop lui en cacher, de toute-façon, ce serait aussi dangereux, elle pourrait se méfier de moi en pensant que je pourrais me changer en monstre. Autant lui montrer que je suis intelligente, et aussi que je la comprend parfaitement...
avatar
Messages : 34
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 12 Nov - 18:17
Revenir en haut Aller en bas
Quand tu vagabonde dans le monde.That I will be a savior
Biding through the flames
When the walls come falling down
When the walls come falling down
I will be a savior
Elle avait raison, tu avais faim, la belle boule de poil que tu es et intelligente, elle se doutait avec le logo de l’organisation, elle savait aussi qu’il y avait autre chose, que tu serais sûrement plus humaine qu’elle et d’autre personne et d’avance, elle aimait cela. Adam souriait donc, elle se releva doucement et te fit signe de venir avec elle. Elle ne comptait pas t’amener, elle savait que tu la comprenais sans soucis, elle savait aussi qu’elle te comprenait toi sans problème.

Adam marchait donc, elle surveillait chaque endroit, qu’un rampant ne débarque vers elle ou toi, après tout, entre hunter, licker, les zombies sachant courir, et tout les autres virus polluant la terre, on pouvait s’attendre à tout à dire vrai! Adam marchait donc tout simplement vers là où elle avait vu de la nourriture, elle marchait donc tout simplement vers la sandwicherie et arriva à destination.

Adam regarda donc attentivement les lieux, elle surveillait qu’il n’y a aucun souci avant de tout simplement entrer et se préparer à cogner s’il le faut, mais rien, alors directement, la réserve fermer et donc tout encore bien de conserver.

“ - Viens.”

Disait-elle simplement, avant de venir forcer la porte et donc entré sans soucis, elle vit donc des boites en cartons, des conserves aussi et les conserves, on sait tous que cela dure longtemps !

“ - Bingo.”

©️ 2981 12289 0

Spoiler:
 



Chaque vie prise, nous reste généralement sur la conscience.
©️ Joy
avatar
BALAUR
Messages : 75
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Nov - 2:15
Revenir en haut Aller en bas
(Pour le temps de réponse, ce n'est pas grave, sache que je ne suis jamais pressé parce que j'ai pour philosophie que le rp est un plaisir, si on ne peut pas ou ne veux pas répondre, que ce soit par manque de temps, de motivation ou d'inspiration, il ne faut pas stresser et attendre que ça revienne, et la vraie vie passe en premier, il faut répondre quand on peut et veut. Donc tu peux prendre tout ton temps, j'ai d'autres rp's à-côté pour m'amuser Wink
Et pour la longueur aussi, ne t'en fait pas, ça me va très bien. Après, c'est peut-être aussi moi qui ne te donne pas beaucoup de matière. Tu veux que j'essaie d'en faire un peu plus ?)

Je suis donc la jeune femme au bras artificiel en gardant les sens en alerte, la truffe droite et les oreilles dressées. Je sentais en continue l'odeur de pourriture et le musque sauvage des armes biologiques, mais je pouvais déterminer la distance de certaines d'entre elles en fonction de la proximités de cette odeur. Et il était facile pour un animal possédant mes sens de percevoir les bruits de griffes raclant le sol, les pas trainant ou à l'inverse la course rapide qui se dirigeait vers nous. Je le fais toujours pour moi, je peux le faire pour cette personne qui visiblement va m'accompagner, tout-du-moins au moins pour aujourd'hui.

Je la suis dans une sandwicherie où elle ne détecte aucun danger... et moi non-plus, d'ailleurs. Quelle chance que, lorsqu'ils ne sont pas en chasse, les mort-vivants ont tendance à tourner en rond au même endroit et à rester entre eux, comme si un reste d'humanité leur donnait envie de ne pas être seuls, de chercher la compagnie de leurs paires. Mais ainsi, il y avait des rassemblement à certains endroits, mais d'autres étaient libres.

"Bingo" ? Leonardo, le garde-chien, disait toujours cela quand il grattait un jeu dont il était si friand et qu'il gagnait une petite sommes. Ça voulait généralement dire qu'on avait gagné... ou dans ce sens, trouvé... quelque-chose. Je me dresse sur les pattes-arrière, m'appuyant au comptoir avec celles de devant, essayant de voir ce que c'était, lançant même un léger :


-Ouh Wouh ?

Qui semble avoir une sonnance interrogative. Et c'est alors qu'un bruit se fait entendre dans le fond de la boutique. Oh oh... aurions-nous réveillé quelque-chose ? Je me mets sur mes quatre pattes, en position de course, prête à fuir, mais le bruit ne recommence pas, et il n'y a pas d'odeur précise. Un couinement... je crois savoir ce que c'est.

Je fil rapidement au milieu d'un tas de carton et saute. Un bruit sec se fait entendre, et quand je me redresse pour revenir près de la femme, je tiens dans ma gueule le cadavre d'une souris. Le cadavre d'une souris non-contaminée. Quelle chance ! C'est rare, ce nos jours, et c'est toujours bon à prendre, une petite proie encore chaude.
avatar
Messages : 34
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 25 Nov - 21:07
Revenir en haut Aller en bas
Quand tu vagabonde dans le monde.That I will be a savior
Biding through the flames
When the walls come falling down
When the walls come falling down
I will be a savior
Les bruits s’était donc révélé inoffensif ? A croire quand elle voit la chienne sortir alors de ce fait avec une souris. Cela fit sourire Adam avant de tout simplement reprendre sa fouille, cependant, un autre bruit se fit entendre et là, ce ne serait pas une souris. En effet, cela venait de la porte des toilettes qui venait de s’ouvrir, de ce fait, une main devant la chienne, montrant clairement qu’elle ne doit pas avancer puis ensuite, lentement, elle sortit…

“ Surprise …”

Un zombie venait d’attraper le bras entre ses dents, dents qui cassent alors sous la dureté du métal alors que le zombie, infecté à je ne sais quel virus, essayait de griffer tout bonnement la brune. Elle soupira et prit alors sa tête et coup sec, la fracassa alors dans un mur, soit plutôt l’encadrement de la porte, alors autant dire, qu’elle colore les lieux, bref.

“ - La souris était bonne?”

Adam sourit avant de rire légèrement, elle alla alors ensuite vers les toilettes et remarqua des corps en décomposition et un qui tapait sur une porte depuis fermer de l’intérieur, lui, il s’est tout bonnement laisser mourir dans les chiottes au lieu de se battre. Adam trouvait ça lâche, ou c’est car elle est une sorte d’arme depuis trop longtemps, au choix..Puis elle revint et bloqua la porte avant de choper une conserve dans la réserve. Viande séchée d'après les dires, bien, elle en raffole et toi, tu allais sûrement apprécier.

Ouvrant facilement avec le petit truc pour, elle sortit une viande et s’accroupit alors doucement face à toi, elle prit une viande entre ses dents et t’en tend une en souriant.

“ - Je t’aime bien toi. Xyria, c’est ça.”

Elle avait relus ton équipement, un chien, lui apportait le sourire actuellement.

©️ 2981 12289 0



Chaque vie prise, nous reste généralement sur la conscience.
©️ Joy
avatar
BALAUR
Messages : 75
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Déc - 16:05
Revenir en haut Aller en bas
Je reviens donc auprès de la femme avec ma souris, ravie de cette prise. Je sais même que je n'aurais pas à la partager... je l'aurais volontiers fait, bien-sûr, l’entraide ne doit pas venir que d'un côté, mais je sais que généralement, les humains, même avec un bras de robot, n'aiment pas ce genre de nourriture. Mais un nouveau bruit me fait m'arrêter, tout comme le bras de la femme qui semble m'ordonner de ne pas bouger. Quoi... elle veut essayer de me protéger ?

Je couine soudainement quand un mort-vivant se jette sur elle et la mord. Non ! Pas déjà ! Je sais qu'une morsure est synonyme de mort. Je ne vais quand-même pas déjà perdre l'une des rares personne gentilles avec moi que je croise ?!

Une molaire tombe à mes patte. Je me baisse un instant pour la renifler. Une molaire ? Oooh, je comprend alors... il a mordu son bras en métal ! Aucune chance de pénétrer la chaire, entrer en contact avec le sang et d'être infecté, du coup ! Je me recule juste un peu pour éviter de me faire éclabousser par le sang qui recouvre le sol et les murs lorsqu'elle lui explose la tête, et lorsqu'elle me pose une question, je me contente de faire un :


-Wouh !

... affirmatif, utilisant le langage du morse. "Un coup oui", "deux coup non", et dans mon cas, ce sont les aboiements. Je me demande cependant si elle va comprendre que je peux utiliser ce langage.

Le temps que la femme s'occupe de bloquer un autre zombie qui s'est éveillé, moi, j'avale ma souris, et à son retour, elle m'offre un autre bout de viande... je vais enfin pouvoir me remplir l'estomac.

Je prend le bout de viande et lance un nouveau :


-Wouh !

... affirmatif. Elle a donc pris le temps de lire le nom que m'a choisi mon garde-chien sur mon collier.

Je réfléchis un instant... comment lui demander son nom, en échange ? Je m’aperçois que le sol est couvert de poussière... c'est parfait ! De la pointe de la griffe, je me met à tracer deux trait, un cercle, un autre trait, et un signe particulier...

Quand je m'écarte pour lui montrer ce que j'ai fais, elle peut lire tracer dans la poussière "TOI ?". Et je m'assoie, attendant qu'elle comprenne ma question et me réponde. Elle vient de le prouver que je peux avoir confiance en elle. Voyons comment elle va réagir devant mon intelligence, maintenant...
avatar
Messages : 34
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Déc - 19:39
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Sauter vers: